Où l’aromathérapie vous mènera dans la gestion de votre fatigue chronique ?

Pas forcément facile aux Etats-Unis, de prendre en charge un problème de santé bénin mais handicapant, une fatigue chronique, un état de stress, une micro-dépression, des difficultés de sommeil. Aux Etats-Unis, le médecin consulté vous orientera tout de suite vers de la médecine lourde, la prescription de médicaments lourds d’effets secondaires et le problème ne sera pas forcément réglé. Vous vous tournerez alors vers les médecines naturelles et vous irez glaner sur le net quelques idées.

  • Mais est-ce sûr ?
  • Est-ce dénué d’effets secondaires ?
  • Est ce que cela marchera vraiment ?

Est-ce-que cela s’inscrit dans une démarche globale pour traiter de façon profonde le problème sous jacent ?

Alors j’ai choisi dans cet article, de vous amener à comprendre pourquoi, il est important de voir sa propre santé de façon globale et de ne pas se contenter de quelques recettes rapides. J’ai choisi de vous parler de là où l’aromathérapie pourra vous mener, mais pas que, puisqu’il faut prendre en compte un ensemble de facteurs. Comment pourra-t elle, vous aider et comment je peux vous y aider.

Le constat

Aux Etats-Unis, peut-être y êtes vous depuis des décennies, ou peut-être venez vous d’y arriver. Vous devez vous adapter, et une adaptation demande toujours beaucoup d’énergie et amène pas mal de stress.

Vous avez jusqu’à présent réussi à vous maintenir en pleine forme, mais depuis quelques temps, vous vous sentez fatiguée, stressée, irritable. Vous vous réveillez le matin épuisée, vous vous trainez toute la journée et le soir, votre sommeil n’est vraiment pas réparateur. En fait, vous avez dû toute la journée lutter pour vous faire comprendre, et pour comprendre ce qu’on vous disait. Au passage, vous avez attrapé une bonne migraine dans les embouteillages et passé le repas de midi que vous avez avalé rapidement, vous avez complètement oublié un rendez-vous avec votre meilleure amie.

Le tableau est un peu exagéré mais vous retrouvez-vous là dedans ? manque de concentration, fatigue, stress, difficulté à dormir, irritabilité, anxiété ? Et bien sûr, vous ne vous voyez pas aller voir un médecin car vous vous demandez comment il peut prendre en charge cela sans vous prescrire antidépresseurs et somnifères ? Il traitera les symptômes mais n’aura réglé en rien le problème de fond : cette fatigue qui jour après jour, vous impacte de plus en plus.

Les causes

Voici quelques causes qui peuvent entrainer à terme un surmenage et à cette fatigue chronique.

  • des situations de conflit, de peur, de changement, des émotions négatives,
  • du surmenage physique ou mental : la charge du déménagement, de l’adaptation à une nouvelle vie dans un pays étranger,
  • des températures extrêmes,
  • un manque de sommeil,
  • une carence nutritionnelles, une alimentation pauvre en nutriments, trop industrialisée,
  • une exposition à des toxines de l’environnement.

Et si il s’agissait d’une fatigue chronique ou Adrenal Fatigue ?

Reconnaitre une fatigue chronique (adrenal fatigue)

Quand peut-on dire que vous souffrez de fatigue chronique ?

La fatigue chronique est un état de stress permanent qui va amener à un épuisement des glandes surrénales.

Ces glandes sont divisées en deux parties, la médullosurrénale et la corticosurrénale.

  • La première partie de ces glandes surrénales (médullosurrénale), est impliquées dans la sécrétion des cathécholamines (adrénaline et noradrénaline). Ces hormones interviennent directement dans la réponse du système nerveux et régulent les deux grands systèmes nerveux centraux : le para et l’ortho sympathique. Elles sont en direct contact avec les barorécepteurs et permettent la régulation de la pression artérielle. Elles sont aussi en contact étroit avec le système lymbique et seront stimulées en cas de fortes émotions : c’est ce qui permet une réponse adéquate à un stress en permettant de faire face à un danger, par exemple.
  • la seconde, la corticosurrénale, est en charge de sécréter les hormones stéroides : glucocorticoids (cortisol), mineralocorticoides (aldostérone) et les androgènes (testostérones : DHEA). Le cortisol est directement impliqué dans la régulation de la glycémie, mais aussi au niveau de la réponse immunitaire. La sécrétion du cortisol est sous le contrôle de l’axe de l’hypothalamus et de l’hypophyse. Les minéralocorticoïdes eux, sont impliqués dans la régulation de la pression sanguine, lié par la régulation de la teneur en sel du sang (natrémie).

Suite à un stress en continue, une fatigue continue, un manque de repos, un traumatisme physique ou émotionnelle,  les surrénales se mettent à fonctionner au ralenti, elle n’arriveront plus à sécréter de façon adéquate, les hormones. L’homéostasie (fonction d’équilibre et d’adaptation de l’organisme) ne se fait plus de façon adéquate. La fatigue s’installe. Cela entraîne un déséquilibre hormonale qui si il s’installe aboutit à des manifestations au niveau de votre état général et peut mener à des complications.

L’une des fonctions principales des glandes surrénales est de gérer le stress, l’excès de stress va troubler leur fonctionnement.

Pas forcément facile à déterminer, les symptômes, cependant aboutissent à des déséquilibres au niveau de la réponse immunitaire, mais plus profondément ensuite à la régulation de la glycémie, dérèglements des hormones féminines, prises de poids, des infections respiratoires, des allergies, de l’asthme, et de la fibromyalgie…

Le médecin consulté n’a pas forcément toujours en main tous les élément pour déterminer la cause et pourrait en rester aux symptômes. Vous pourrez cependant essayer de demander des tests qui peuvent être utiles pour déterminer si il s’agit bien d’une « adrenal fatigue » : Test des hormones dans la salive, tests urinaire et sanguins. C’est la combinaison des résultats qui sera à prendre en considération.

Les symptômes de la fatigue chronique (adrenal fatigue)

  • fatigue,
  • allergie,
  • insomnie,
  • fluctuations de la glycémie,
  • attaque de panique,
  • mémoire faible,
  • douleurs musculaires diffuses et constantes,
  • dépression,
  • complication de la ménopause et problème de fertilité,
  • maux de têtes,
  • problèmes digestifs,
  • sensibilité au froid, a toujours froid,
  • addictions alimentaires.

Quelles solutions ?

Il existe plusieurs facettes à considérer et il faut toujours voir cela de façon globale pour adapter ces méthodes en fonction du stade de déséquilibre.

Le recours aux médecines douces de la fatigue chronique

Alors, vous avez décidé de vous tourner vers des façons douces pour vous traiter. Sur un site de santé, vous avez récupéré quelques conseils, sur un groupe d’entre-aide, vous en avez relevé d’autres, une autre vous a dit de prendre une herbe spéciale, tandis que votre voisine, vous a parlé de ce cocktail de vitamines à prendre toutes les 6 heures.

Oui mais, vous avez tout essayé et cela ne marche toujours pas !

Vous vous êtes ruiné à acheter des compléments alimentaires d’un côté.

Vous avez même essayé des huiles essentielles, mais la recette retrouvée sur un site vous a laissée désarmée car elle demandait plus de 6 huiles essentielles que vous avez du mal à trouver aux Etats-Unis. Et au final, rien n’a vraiment marché.

Si vous vous reconnaissez dans cette démarche, alors peut-être serez-vous intéressée de savoir comment, on peut venir à bout d’une fatigue chronique, lui donner un nom et en venir à bout par une démarche qui s’inscrit dans une véritable stratégie de traitement grâce à l’aromathérapie, la phytothérapie, mais aussi par retrouver un équilibre par une alimentation adaptée.

Considérer son alimentation

La première chose à considérer est l’alimentation à adopter : pas question de prendre une supplémentation sans se pencher en profondeur sur son alimentation. Les régimes appropriés doivent faire appel à des aliments à index de glycémie faible, alcalins, riche en protéines etc..

Il faudra aussi veiller à considérer l’apport en vitamines spécifiques et acides gras insaturés à partir de la nourriture.

Les aliments à éliminer et à éviter sont bien sûr, les sucres, sodas, farines raffinées, café, huiles hydrogénés, friture, fast food, etc ..

Considérer une supplémentation

Souvent comme notre alimentation ne supplée pas à tous les besoins en vitamines, il devient nécessaire de prendre des vitamines. Les vitamines à considérer sont  les vitamines C, E, D et B, mais aussi le magnésium, le calcium, B, et les fibres.

l’équilibre alimentaire pour être au top – Shutterstock

Un apport d’acides gras insaturés, omega 3, est à considérer aussi. Ils interviennent dans de nombreux processus de régulation de l’organisme (au niveau cardiaque, cérébral et nerveux). Ils agissent aussi en augmentant notre niveau de sérotonine neuro-médiateur si important dans la gestion du sommeil et du stress, mais aussi de la dopamine précurseur de l’adrénaline.

Les huiles essentielles et plantes

L’apport des plantes est vous aidera : les plantes adaptogènes : normalisent ou modulent des processus chimiques et s’adaptent aux niveaux des hormones. Elles normalisent et balancent les processus physiologiques. On les trouvera dans :

  • des préparations (tisanes, gélules ) à base de plantes,
  • des huiles essentielles adaptogènes.

Il existe des huiles essentielles qui vont stimuler ou qui vont calmer. Il existe des huiles essentielles qui vont balancer et équilibrer comme la lavande vraie, le néroli, le géranium et bien sûr la sauge sclarée. Certaines autres sont stimulantes comme les huiles essentielles de pins, de sapins et d’épinettes.

Mais on ne peut se concentrer sur les huiles essentielles uniquement, et il faudra aussi considérer les plantes sous formes de compléments ou d’infusion : le réglisse, rhodalia, ginseng, basilic etc…

Il faudra réaliser des mélanges pour s’adapter au mieux à la situation.

Et vous qu'en pensez-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.